OS X vs Windows 10, quel système est le plus sûr ?

Entre le système Windows 10 et l’OS X, quelles sont les différences et quels sont les points forts de chacun d’eux ? Lequel ne risque pas de vous planter en plein milieu de votre travail ? Entre les deux, lequel vous offrira le meilleur confort d’utilisation possible ? C’est à toutes ces questions que cet article se propose de répondre.

La concurrence existe bel et bien entre les deux modèles. Cette forte compétition est héritée de la longue histoire entre Mac et Microsoft Windows. Depuis Windows 8 surtout et avec la démarcation du Yosemite d’Apple, ce dernier s’est affirmé comme rivalisant véritablement la traditionnelle compagnie Microsoft.

Windows 10 et l’OS X du point de vue de leurs systèmes

Commençons par l’OS X. C’est un système qui peut se targuer de la disponibilité de son contenu à tout moment. Toutes les fonctionnalités et tous vos dossiers, documents, images ou autres navigueront d’un OS à l’autre sans aucun problème. Sur ce plan, il s’agit d’une véritable évolution de l’iOS. L’idée de base est donc le partage, quand bien même le noyau de base et API soient issues de la même mère. Pour plus de précision sur les spécificités systémiques de l’OS X.

  • Passons maintenant à tout ce qui concerne le Windows 10. Il est différent du précédent sur  beaucoup de points. Sa particularité la plus attrayante est sûrement le fait qu’il fasse du 2 en 1. Windows 10, c’est deux noyaux et API différents. La première composante est utilisable au niveau des ordinateurs PC et tablettes de taille majeure tandis que la seconde l’est sur les smartphones et assimilés. La première intègre les applications traditionnelles à son fonctionnement tandis que la seconde fait du tactile son interface unique. Donc, pour Windows 10, les contenus sont séparés mais c’est le système qui est la résultante d’une combinaison de formules à succès.

Mac vs. PC

Windows 10 et l’OS X sur le plan de leur facilité d’utilisation

L’aisance d’usage est déterminée par deux points clés : l’interface d’utilisateur et la maniabilité du bureau. En ce qui concerne  Windows 10, on note bien que Microsoft s’est efforcé d’arranger tous les défauts du 8 qui a suscité du bruit auprès des utilisateurs. Tout d’abord, il y a la réintégration du Menu Démarrer tout en offrant les possibilités des tuiles dynamiques. Un compromis bien reçu et apprécié des utilisateurs de ce système d’ailleurs. En outre, la fonction tactile est disponible sur Windows 10. Ce qui ne se retrouve pas avec l’OS X. En effet, dans le cas de l’absence du clavier et/ou de la souris, l’interface est entièrement tactile et répond parfaitement bien aux commandes. Dès lors que ces deux éléments sont réintroduits, les clics et commandes claviers redeviennent les maîtres de la machine.

  • C’est sur ce point que se situe la véritable différence avec l’OS X. Ce dernier ne veut pas du tactile qui serait contraire à l’esprit, notamment ergonomique, avec lequel on l’a construit. Son design ne tolère pas des traces de doigter sur l’écran. En plus, Dock, l’interface bien connu d’un Mac est fidèle à ce qui a fait son apogée et n’a pas connu de changements majeurs depuis.
  • À côté, il ne faut pas oublier de mentionner le fait qu’OS X se singularise par deux options majeures que Windows n’a pas pu totalement incorporé. Il s’agit de la Mission Control et des bureaux virtuels. Vue panoramique sur toutes les fenêtres avec possibilité de personnalisation à volonté du design (espacement, par exemple), l’art et la manière sont fournis avec OS X. Windows en a tenté une copie sous Windows 8 et a quelque peu réussi. Chose qui ne s’est pas reproduite pour les bureaux virtuels, apanage unique des Macs.

L’évaluation de la fiabilité des deux systèmes dépend, dès lors, réellement des attentes des utilisateurs.